La MRC de Montcalm nomme ses ambassadeurs Journée – Montcalm, soyons fiers ! 2024

La MRC de Montcalm est fière de dévoiler son organisme ambassadrice 2024 en cette journée officielle – Montcalm, soyons fiers !

En effet, c’est l’équipe du CENTRE DE FEMMES MONTCALM qui reçoit cet honneur cette année !

Depuis 1990, le centre s’est engagé à améliorer la qualité de vie des femmes de notre territoire en offrant des services essentiels. Le Centre de Femmes Montcalm mérite amplement le titre d’ambassadrices 2024 grâce à son engagement à offrir un environnement accueillant et inspirant où chaque femme peut :

  • Explorer son identité, renforcer son affirmation de soi et embrasser sa véritable essence ;
  • Briser l’isolement en échangeant et partageant avec d’autres femmes, créant ainsi des liens solides et durables ;
  • Bénéficier d’une écoute bienveillante et de soutien, où ses préoccupations et ses besoins sont pris en compte de manière respectueuse ;
  • Acquérir des outils pratiques et des ressources pour promouvoir sa santé psychologique et renforcer son autonomie ;
  • Participer activement à la vie associative du centre, contribuant ainsi à son dynamisme et à sa vitalité ;
  • S’impliquer dans la gouvernance en devenant membre du conseil d’administration, où ses idées et ses perspectives sont valorisées ;
  • Contribuer concrètement à l’avancement du bien-être des femmes à travers des actions collectives et la défense de leurs droits.

Une foule de services aux services des femmes de la MRC de Montcalm

Des services d’écoute, d’accompagnement et de références, pour répondre aux besoins individuels et spécifiques. Des ateliers éducatifs stimulants qui favorisent la connaissance de soi et le développement personnel. Des actions collectives et une défense active des droits des femmes, afin de créer un impact durable et positif dans la communauté.

Chaque femme est accueillie avec respect et dignité, sans jugement ni stigmatisation.

« Au fil des années, j’ai eu l’opportunité de constater de manière tangible les nombreux bienfaits engendrés par l’action du Centre de Femmes Montcalm au sein de notre société et c’est un honneur pour moi de leur décerner le titre d’ambassadrices de la journée Montcalm, soyons fiers 2024 ! Félicitations à toute l’équipe et longue vie à votre organisme. » – Patrick Massé, préfet de la MRC de Montcalm.

 

À propos de Montcalm, soyons fiers !

Instaurée en 2016, la journée Montcalm, soyons fiers est célébrée annuellement le 2e mardi du mois d’avril sur le territoire de la MRC de Montcalm. Elle vise à mettre en lumière et rendre hommage aux acteurs (citoyens, organismes ou autres) du territoire qui par leurs actions, font rayonner la MRC de Montcalm.

La CDÉJ reçoit le prix du partenariat 2023-2024 de l’Université de Québec à Trois-Rivières (UQTR)

C’est lors de la cérémonie Distinction UQTR du 3 avril 2024, qui avait lieu au campus principal de l’Université du Québec à Trois-Rivières, que la Corporation de développement économique de la MRC de Joliette (CDÉJ) s’est vu remettre le Prix du partenariat de l’UQTR 2023-2024. Cette distinction honorifique est attribuée à un partenaire socioéconomique, social, culturel, artistique ou humanitaire de l’UQTR qui joue un rôle important dans la réalisation des objectifs de formation et de recherche de l’Université.

Cette reconnaissance vient saluer la collaboration exemplaire entre la CDÉJ et l’UQTR, une relation de partenariat fructueuse qui a contribué de manière significative à renforcer la présence universitaire ainsi qu’au développement socioéconomique et à l’innovation sur le territoire de la MRC de Joliette.

Dès 2015, la CDÉJ et l’UQTR se rapprochaient afin de voir comment mieux collaborer sur le territoire au bénéfice des entreprises et organismes de la MRC de Joliette et ainsi, multiplier les opportunités de collaboration entre leurs professeurs-chercheurs, leurs étudiants et les différents services de l’université.

En 2019, avec l’émergence du projet Living Lab Lanaudière de la CDÉJ et sa volonté de contribuer au développement du milieu par l’intégration plus grande d’innovation technologiques, le partenariat a pris une autre dimension. C’est en effet plusieurs dépôts de projets de recherches auprès des ministères qui se sont faits avec l’UQTR, notamment en lien avec le secteur de la santé et du vieillissement.

C’est ainsi qu’a émergé trois ans plus tard, le projet de recherche en vieillissement aujourd’hui connu sous le nom ÉclairAGE. Créé grâce à l’obtention d’un montant de 742 000 $ provenant du Fonds de recherche du Québec en collaboration avec l’UQTR, ce projet de recherche-action porte sur le codéveloppement d’un outil technologique supporté par des processus innovants et la consolidation des liens entre les citoyen·ne·s vieillissant·e·s et les différents secteurs les soutenant dans le continuum de soins de santé et de services sociaux. La CDÉJ implique régulièrement l’UQTR dans le déploiement d’autres projets internes comme ce fût le cas pour les Journées de l’emploi 2018 et 2019, ou en lien avec les problématiques de leurs clients entreprises qui peuvent nécessiter une expertise scientifique ou technique plus poussée.

En recevant le Prix du partenariat de l’UQTR, la CDÉJ voit son engagement et sa contribution exemplaire reconnus. Cette distinction témoigne de l’importance de la collaboration entre les milieux académiques et économiques pour favoriser l’innovation et la recherche, la formation et la croissance régionale.

« Recevoir le Prix du partenariat de l’UQTR est un honneur immense pour la CDÉJ. Cette reconnaissance témoigne de l’engagement continu de notre organisation envers le développement socioéconomique de notre région et de la valeur de notre partenariat avec l’UQTR. Nous sommes extrêmement fiers de cette reconnaissance et nous sommes impatients de poursuivre notre collaboration fructueuse avec l’université pour stimuler l’innovation et la vitalité économique de la MRC de Joliette. » – Nicolas Préville-Ratelle, président de la CDÉJ.

 

À propos de la CDÉJ

La CDÉJ offre un support de premier plan à toutes les entreprises de la région en leur proposant un accompagnement personnalisé pour la planification et la réalisation de leurs projets d’entreprises. Financement, formation, transition numérique et technologique, support à l’implantation, à l’expansion, à l’exportation, à la relocalisation et la consolidation sont des services qu’offre gratuitement l’équipe d’experts qui compose à la CDÉJ. N’hésitez pas à nous contacter! https://www.cdej.ca/equipe  – 450 752-5566

David Lafleche présente Les marées une première chanson en français

Les marées est née à l’Île d’Orléans, un certain après-midi de novembre, alors que tombait la première neige de l’année sur le St-Laurent. Les pieds et le cœur bien au chaud dans une petite maison à St-Jean, c’est l’énergie du fleuve et l’ombre des navires à travers le rideau blanc qui a inspiré David Lafleche à poser un regard sur son passé, son présent et son futur.

La chanson parle entre autres des différentes épreuves qui forment une partie de nos vies. Les tempêtes que l’on traverse, les combats qu’on mène, nos moments de faiblesse et nos discussions internes. Mais c’est surtout la conclusion à laquelle nous arrivons, après des années de travail personnel, soit de vieillir heureux, en paix, et honnête avec soi-même.

Après maintenant quelques années à rouler ma bosse en tant qu’artiste anglophone, le temps était venu de me lancer dans la langue de Molière. J’ai ressenti une connexion instantanée avec le public lorsque je parlais et que je chantais en français lors de la trentaine de spectacles que j’ai donné. Ç’a été une révélation pour moi, explique David Lafleche.

Disponible depuis vendredi sur toutes les plateformes, la chanson a connu plusieurs versions au fil des mois, David s’est amusé à l’interpréter en spectacle dans plusieurs tonalités, tempos et styles. Mes musiciens sont très heureux que la version finale des Marées soit enfin enregistrée et « barrée ». Ils ont dû me suivre et subir les sept versions différentes que j’ai proposées pendant les tests de son, trois heures avant les spectacles, ajoute-t-il.

Le réalisateur de son album Everyday Son, Connor Seidel, et sa complice Marie-Mai qui a écrit la chanson avec David, l’ont accompagné dans son travail de studio afin de livrer une interprétation dont il est fier. J’ai mastiqué mon interprétation pendant près de deux ans avant d’enregistrer la version telle qu’elle est aujourd’hui, dévoile David Lafleche. La chanson Les marées me représente et je l’assume maintenant à 100% !

Musicalement il poursuit dans un style musical qui emprunte autant des sonorités au folk qu’à la musique country, par le choix des instruments soit la guitare, la mandoline, le violon et le pedal steel.

Le vidéoclip: https://www.youtube.com/watch?v=rgWNnlAIIkE&t=1s 

Plus d’infos : https://www.davidlafleche.com/

 

Réalisation : David Lafleche | Montage : Simon « Ronny » Lebrun – content content

Paroles : Marie-Mai et David Lafleche
Musique : David Lafleche
David Lafleche : voix et guitare électrique
Gilbert Fradette : batterie et percussions
Joe Grass : guitare acoustique, mandoline et pedal steel
Tommy Gauthier : violon
Alex Kirouac : basse
Marie-Mai Bouchard : chœurs et coaching vocal
Enregistré au Treehouse Music Collective Studio par Charles-Émile Beaudin
Mixé par Charles-Émile Beaudin
Masterisé au Lab Mastering par Marc Thériault
Image : Olivier Savoie-Campeau
Infographie : David Lafleche

Réalisé par David Lafleche avec la participation de Connor Seidel

 

Intervention préventive sur la rivière l’Assomption à Saint-Félix-de-Valois

Quelques milliers de trous ont été percés les 3 et 9 mars derniers sur la rivière L’Assomption afin de faciliter le mouvement des glaces lors de la crue printanière. L’opération, réalisée par Hydro-Météo conjointement avec la municipalité de Sainte-Mélanie, visait à réduire le risque d’embâcle, et donc d’inondations, au moment des mouvements de glace de la rivière.

7500 forages ont été réalisés à la Pointe-à-Roméo et 10 000 à la hauteur du Domaine Crevier. En tous, c’est entre 50 000 et 90 000 trous qui sont réalisés chaque année sur la rivière L’Assomption entre Sainte-Mélanie et L’Assomption comme travaux d’affaiblissement préventif. Hydro-Météo souligne que cela a permis une libération des glaces deux fois plus rapidement pour la Municipalité.

« Comme nous partageons la rivière L’Assomption avec Sainte-Mélanie, le partage des coûts permet une intervention diminuant le risque d’inondation qui convient aux deux municipalités, mentionne Audrey Boisjoly, mairesse de Saint-Félix-de-Valois. Même si l’hiver n’a pas été très froid, nous sommes satisfaits des résultats de cette première année. »

Une soirée en reconnaissance de nos bénévoles!

Les bénévoles actifs à Saint-Félix-de-Valois ont été invités par leur organisme à la Soirée des bénévoles du 26 avril prochain organisée par le Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire afin de souligner l’importance de leur implication dans la communauté.

« L’engagement bénévole est un signe de vitalité communautaire et fait écho à la fierté d’une Municipalité, indique Audrey Boisjoly, mairesse de Saint-Félix-de-Valois. Nos bénévoles sont des travailleurs infatigables, des justiciers de la veuve et l’orphelin. C’est donc avec grand plaisir que la Municipalité les invite à une belle soirée western. »

Les organismes doivent donc faire parvenir les noms de leurs bénévoles qui seront présents à la soirée au service des loisirs d’ici le 15 avril prochain par courriel à culture@st-felix-de-valois.com ou par téléphone au 450 889-5589 poste 7717.

 

Thématique

Une soirée western sera proposée. Vent chaud et complaintes d’harmonica accompagneront cette traversée du désert qui aura plus des airs d’oasis que de régime sec! Chanson, animation et danse viendront compléter le souper. C’est fête à Daisy Town, parez-vous de vos plus beaux habits de circonstance!

La gestion des prix des bénévoles se fait différemment à partir de cette année. Il n’y a pas d’appel de candidatures. Les prix seront remis par le comité des loisirs et de la vie communautaire en fonction de circonstances hors de l’ordinaire. Si vous considérez que l’engagement d’une personne est à souligner, nous vous invitons à nous transmettre cette information.

Ne tardez pas à réserver votre place, en nous indiquant le nombre et les noms des bénévoles de votre organisme qui seront présents, ainsi que les allergies alimentaires s’il y a lieu.

 

Pour information ou réservation :

culture@st-felix-de-valois.com

450-889-5589 poste 7717

Dévoilement d’une campagne de communication pour l’obtention d’un quartier universitaire

La Ville de Terrebonne et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) lancent une campagne publicitaire majeure dont l’objectif est d’informer la population sur le projet de Quartier universitaire, lequel sera situé dans le pôle de La Croisée urbaine, un secteur de Lachenaie en pleine effervescence. Ce projet permettra de répondre aux besoins de formation de la relève en adéquation avec les demandes du marché du travail, en plus de hausser le taux de diplomation de la population de Lanaudière.

« Le quartier universitaire est un projet crucial pour le développement de Terrebonne et de la grande région de Lanaudière. C’est essentiel pour nous de mousser sa candidature aux yeux du gouvernement et de la population afin que nous puissions obtenir le financement nécessaire à sa réalisation. En tant que 10e plus grande ville, Terrebonne mérite une offre universitaire digne de ce nom. Nous croyons que les jeunes de Lanaudière devraient pouvoir étudier, vivre et travailler dans leur région. C’est un projet porteur pour notre communauté, la grande région de Lanaudière et pour nos générations futures! », explique Mathieu Traversy, maire de Terrebonne.

Conçue de concert avec l’agence Tök Communications, cette campagne publicitaire de la Ville de Terrebonne et de l’UQTR se déploiera dès aujourd’hui dans de nombreux médias traditionnels et médias sociaux. Des affichages sur des abribus et des panneaux publicitaires sont également prévus afin de rejoindre à la fois les futurs candidats universitaires, mais surtout l’ensemble des citoyens de la région qui pourront bénéficier de la réalisation d’un tel projet mobilisateur.

 

Vers la création d’un Quartier universitaire de l’UQTR pour Lanaudière

L’UQTR a déposé, en novembre 2023, le dossier d’opportunités au ministère de l’Enseignement supérieur afin d’obtenir le financement nécessaire à sa réalisation. Ce projet, qui transformera Lanaudière, découle d’un travail de concertation avec l’ensemble des acteurs de la région à travers le Centre régional universitaire de Lanaudière (CRUL). Il est la conclusion naturelle de plusieurs décennies d’effort de l’ensemble des villes, des MRC de Lanaudière et de l’UQTR. Il est travaillé de concert avec différents partenaires, dont le Fonds immobilier de solidarité FTQ et Medifice. Le projet bénéficie aussi de l’appui de nombreux organismes, entreprises et municipalités du sud de Lanaudière.

Pour sa première phase d’opération, le projet pourra accueillir plus de 1000 étudiants. De plus, ce campus ultra moderne et parfaitement intégré dans son milieu offrirait dès son ouverture une multitude de programmes répondant aux besoins de la région, dans les secteurs de l’éducation, des soins de santé, des technologies de l’information et des sciences administratives. On y retrouverait une vie étudiante dynamique incluant un centre sportif, un centre aquatique, une bibliothèque publique, des résidences étudiantes, ainsi que de nombreux services et un environnement de recherche stimulant.

« Si plus de 3000 personnes quittent la région de Lanaudière chaque année pour aller entreprendre des études universitaires à l’extérieur, ce sont des milliers de jeunes et de moins jeunes de Lanaudière qui ne s’inscrivent pas à l’Université faute de moyens et d’une offre locale à la mesure des besoins. Seulement 17% de la population de Lanaudière possède un grade universitaire pour 46% à Montréal. C’est un défi de combler cet écart et c’est à cela que le quartier universitaire de l’UQTR à Terrebonne s’attèle. Il sera la concrétisation d’une mobilisation de l’ensemble des communautés de Lanaudière. », explique Christian Blanchette, recteur de l’UQTR.

Rappelons que la collaboration entre l’UQTR, la région de Lanaudière et Terrebonne dans ce projet est toute naturelle puisque l’université trifluvienne est établie dans Lanaudière depuis 1969, où elle offre des formations complètes à Joliette, L’Assomption et Terrebonne.

 

Émile Bourgault dévoile l’album Tant mieux

Émile dévoile ce vendredi son premier album complet : Tant mieux. L’opus, réalisé par Félix Dyotte, explore un itinéraire musical traversant les genres pop, rock et folk, fusionnant harmonieusement le mélancolique et le merveilleux pour offrir une vision multifacette de l’amour.

Émile transporte l’auditeur dans son univers. De l’obscurité des recoins d’un appartement aux rayons ensoleillés qui passent par ses fenêtres, cette œuvre joue avec les contrastes, exprimant un clair-obscur à travers des textes profonds sublimés par une voix feutrée et authentique.

Tant mieux débute sur la chanson Juillet. Juillet est arrivée comme un vent de fraîcheur dans la période de création de l’album. C’est la chanson légère, la chanson d’été, la toune d’amour ouverte et sincère, décrit Émile.

L’oreiller est très spécial pour moi parce que je chante avec ma copine là-dessus, qui a une voix d’ange et que j’ai rencontré au moment où je commençais à écrire les chansons de l’album. Elle est partout dans les textes et j’ai la chance de l’avoir à la voix sur celle-ci. Je l’ai composée d’une traite, à 6h du matin en plein mois de juillet alors que le soleil se levait sur mon balcon, poursuit l’artiste.

La pièce Nœud coulant arrive dans l’album comme un coup de massue un peu sombre. Émile Bourgault l’a composée dans la même semaine que L’oreiller, et il a l’impression que ces deux pièces sont liées par le fond. C’est une remise en question profonde et complexe, mais aussi du gros rock assumé, grosses lignes de guitare comme pour appuyer la douleur du texte. Je l’assume rock, douloureuse, lente et longue, mentionne Émile.

Tant mieux (pour toi), la chanson-titre du disque est une chanson difficile, mais c’est la plus vraie qu’Émile n’a jamais écrite. Les violons d’Emmanuelle Brin-Delisle brillent de mille feux sur la pièce. Émile explique : c’est le maillon central de l’album, je suis très fier du résultat studio et j’ai hâte de la performer sur scène!

Marcher, passer, partir… pourrait être qualifiée d’épilogue : Je suis content de finir l’album avec celle-là. J’ai toujours tripé sur les albums qui « finissaient mal », parce que ça laisse du lousse pour la suite et ça donne envie de repartir l’album !

Deux spectacles sont prévus pour le lancement de son album, soit au Cabaret Lion d’Or à Montréal le 9 avril prochain, ainsi qu’au Pantoum à Québec le 12 avril.

À propos d’Émile Bourgault
Originaire de la rive sud de Montréal, Émile Bourgault baigne dans le désir de créer depuis son plus jeune âge. L’auteur-compositeur-interprète lance deux mini-albums en deux ans; Bleu pâle (2020) et Nous aurons toujours le ciel (2021), en plus de participer à la grande finale de l’édition 2022 des Francouvertes, de remporter l’édition 2023 de Ma Première Place Des Arts et d’être couronné lauréat de la 55e édition du Festival international de la chanson de Granby dans la même année. Rêveur tranquille et fébrile à la fois, Émile Bourgault prend tranquillement sa place sur la scène musicale québécoise.

Pour plus d’infos : https://emilebourgault.com/accueil 

Fonds locaux d’investissement et de solidarité FTQ de la MRC de Montcalm : Un levier financier d’importance pour L’Hôtel de la Cité perdue de Saint-Calixte !

La MRC de Montcalm est fière, par le biais de son Fonds local d’investissement (FLI) et son Fonds local de solidarité FTQ (FLS), de contribuer à la croissance de l’entreprise L’Hôtel de la Cité perdue, située dans la municipalité de Saint-Calixte.

L’Hôtel de la Cité perdue, une destination hôtelière ayant ouvert ses portes l’année dernière est fière d’annoncer un renforcement significatif de son fonds de roulement. Après une première année couronnée de succès, cette injection de capitaux vient consolider la position financière de l’établissement, lui permettant d’assurer une croissance continue et de répondre aux besoins croissants de sa clientèle grandissante. Depuis son ouverture, l’Hôtel de la Cité perdue a su se démarquer par son expérience client magique permettant d’observer les animaux sauvages de par la fenêtre de sa chambre, thématique inspirée des plus grands parcs d’attractions au monde.

Le financement FLI-FLS de la MRC de Montcalm :

Le Fonds local d’investissement (FLI) et le Fonds local de solidarité FTQ (FLS) permettent d’accorder des prêts jusqu’à 250 000 $ pour des projets entrepreneuriaux basés sur des modèles d’affaires innovants et solides financièrement. L’entreprise doit être établie sur le territoire de la MRC de Montcalm.

Pour toutes questions et/ou services-conseils, nous vous invitons à contacter l’équipe du service de développement économique au 450 831-2182, poste 7082.

La MRC de Montcalm est fière de contribuer aux projets d’entrepreneurs de chez nous !

Web-Série Au Coeur D’Atlantide

La région de Lanaudière et des Laurentides sont sur le point de vivre une expérience cinématographique immersive avec le lancement d’une nouvelle web-série mettant en vedette le complexe Atlantide et son refuge animal. La série, composée de cinq épisodes qui sortiront à chaque mardi du mois d’avril, offre 70 minutes de contenu exclusif qui explore de manière authentique des sujets variés, allant de l’entrepreneuriat dans Lanaudière (Complexe Atlantide) et des Laurentides (Village du Père Noël et Au Pays des Merveilles) à l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle, en passant par l’amour inconditionnel offert aux animaux du refuge le Familizoo. Le tout sera diffusé à chaque mardi du mois d’avril sur les plateformes Facebook (lien) et Youtube (lien) du Complexe Atlantide.

Co-réalisé par Marc-Olivier Goulet-Lanthier & Charles-Antoine Thériault, la série, tournée au cœur de la magnifique région de Lanaudière et des Laurentides, plonge les spectateurs dans l’univers captivant du complexe Atlantide, un lieu emblématique alliant divertissement, hébergement et activités en tout genre. La série offre un regard intime sur les personnes qui œuvrent au sein de ce complexe, mettant en lumière leurs défis, leurs réussites ainsi que la dynamique d’un lieu accueillant de 5 000 à 10 000 visiteurs par jour.« Nous sommes ravis de présenter cette série qui reflète notre engagement envers la communauté locale, nos valeurs familiales et notre passion pour la préservation de la faune », déclare Tommy Gagnon, propriétaire du Complexe Atlantide.

Pour voir la bande-annonce de la web-série (téléchargeable):
https://f.io/0v9vVloS

« Cette web-série est une célébration de tout ce que nous chérissons dans notre région, et nous sommes impatients de partager cette aventure avec le public. »

Chaque épisode de la série offre un aperçu unique de la vie au complexe Atlantide, allant des coulisses de son fonctionnement à la rencontre avec les animaux résidents, en passant par les défis quotidiens rencontrés par l’équipe. Les téléspectateurs auront également l’occasion de découvrir les histoires inspirantes d’entrepreneurs locaux et de 14 de ses protagonistes.

La série promet de captiver un large public, des amoureux des animaux en passant par les familles à la recherche de divertissement de qualité. Avec son mélange unique d’aventures, d’émotions et de moments authentiques, la web-série du complexe Atlantide est une expérience à ne pas manquer.

Pour toute demande d’entrevues ou plus d’informations sur la série et ses dates de diffusion, veuillez contacter Suzie Laprise, directrice des opérations et des communications – 450-222-5225 poste #228, ou au communications@complexeatlantide.com ou visitez www.complexeatlantide.com

Coup d’accélérateur au projet pôle d’innovation en gérontechnologie

La Corporation de Développement Économique de Joliette (CDÉJ) est ravie d’annoncer une étape majeure dans la concrétisation du projet Pôle d’innovation en gérontechnologie. Cette initiative prometteuse, qui vise à adresser les défis liés au vieillissement de la population québécoise, prend un nouvel élan avec la nomination de Noémie Blanchette Forget à titre de chargée de projet.

Fortement engagée dans le développement économique et l’innovation technologique, la CDÉJ a pris les devants en dédiant une ressource à temps plein pour piloter ce projet ambitieux. Noémie Blanchette Forget, qui a joué un rôle crucial depuis 2019 dans la création et le déploiement du projet Living Lab Lanaudière (LLL) en tant que conseillère aux maillages technologiques, apporte avec elle un bagage d’expérience et un réseau de relations précieux pour faire avancer ce nouvel axe stratégique.

Le projet Pôle d’innovation en gérontechnologie s’inscrit dans la continuité du succès rencontré par le LLL, érigeant ainsi la CDÉJ en référence incontournable en matière d’innovation. Avec le soutien financier significatif de la MRC de Joliette à hauteur de
486 000 $, octroyé en mai 2023, ce projet bénéficie désormais d’un élan supplémentaire pour son déploiement stratégique. La prochaine étape consistera en la rédaction d’un plan d’affaires qui précisera la vocation et les moyens nécessaires du pôle afin d’en assurer un déploiement de façon stratégique.

L’implication de plusieurs partenaires privés, d’organismes parapublics, d’institutions de la recherche et de l’enseignement, de la MRC de Joliette et du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière soulignent l’importance accordée à cette initiative dans le domaine de la santé et du bien-être des aînés. Cette mobilisation collective démontre la volonté de créer un écosystème favorable à l’innovation en gérontechnologie.

« Nous sommes heureux de pouvoir soutenir la réflexion de ce projet. Le vieillissement de la population représente effectivement des enjeux à différents niveaux et l’émergence d’un tel pôle contribuera à trouver des solutions concrètes qui favoriseront l’adaptation de nos milieux de vie grâce aux technologies. » de dire Pierre-Luc Bellerose, préfet de la MRC de Joliette.

Parallèlement à cette nomination, le LLL accueille avec enthousiasme une nouvelle ressource, Catherine Bastien, qui endosse le rôle de Conseillère aux maillages technologiques, en remplacement de Noémie Blanchette Forget maintenant dédiée au Pôle d’innovation en gérontechnologie. L’ajout de ressources illustre l’engagement continu de la CDÉJ et du LLL à renforcer leur expertise et leur capacité afin de faire de Lanaudière une région reconnue en innovation technologique.

Avec le projet Pôle d’innovation en gérontechnologie, la Corporation de Développement Économique de Joliette aspire à devenir un pivot central de l’innovation en santé au niveau du vieillissement.

 

À propos du Pôle d’innovation en gérontechnologie

Un pôle d’innovation en gérontechnologie est un centre qui regroupe les acteurs liés au vieillissement ainsi que des aînés afin d’identifier des enjeux, de développer, d’intégrer et de faire la promotion de technologies destinées à améliorer la qualité de vie des personnes âgées. Ces technologies, souvent désignées sous le terme de « gérontechnologie », englobent un large éventail de produits et de services (dispositifs médicaux intelligents, applications mobiles de suivi de la santé, domotiques adaptées, outils de communication et de maintien du lien social, plateformes de télémédecine, etc.)

 

À propos de la CDÉJ

La CDÉJ offre un support de premier plan à toutes les entreprises de la région en leur proposant un accompagnement personnalisé pour la planification et la réalisation de leurs projets d’entreprises. Financement, formation, transition numérique et technologique, support à l’implantation, à l’expansion, à l’exportation, à la relocalisation et la consolidation sont des services qu’offre gratuitement l’équipe d’experts qui compose à la CDÉJ. N’hésitez pas à nous contacter! https://www.cdej.ca/equipe  – 450 752-5566